Peut-on identifier pour les PECO de nouvelles formes de spécialisation et d’échange qui favorisent la compétitivité et l’éthique ?

TitrePeut-on identifier pour les PECO de nouvelles formes de spécialisation et d’échange qui favorisent la compétitivité et l’éthique ?
Type de publicationCommunication
TypeCommunication avec actes dans un congrès
Année2009
LangueAnglais
Date du colloque2009
Titre du colloque56ème Congrès AIELF : Compétitivité, solidarité et croissance économique mondialisée
Pagination -
AuteurBaulant, Camille
PaysRoumanie
EditeurPresse Universitaire de Targoviste
VilleTargoviste
Résumé en anglais

L’objet du travail présenté est d’analyser les différentes formes d’insertion commerciale des PECO dans l’économie mondiale avec un recul d’une vingtaine d’année à présent (1990-2009). On s’interrogera sur le fait de savoir si l’adhésion de ces économies à l’Union Européenne a contribué à stimuler leur croissance économique et leur niveau de vie. On se demandera aussi si les flux d’IDE, qui ont accompagné le processus d’adhésion, ont permis de modifier le type de spécialisation vers des secteurs plus intensifs en valeur ajoutée. On s’interrogera alors sur les causes des déficits commerciaux persistant de ces pays. Sont-ils le résultat d’une croissance trop vive, d’une mauvaise compétitivité ou d’une montée en gamme encore insuffisante de leur spécialisation ? Le travail s’articulera autour de trois parties. On étudiera d’abord les conséquences de la double mutation de l’économie mondiale dans les années 90 sur les modalités d’insertion des PECO dans l’économie mondiale. La mondialisation des capitaux a en effet permis un financement particulier des PECO par les IDE tandis que le développement de l’économie de l’innovation a permis d’attirer au sein de ces économies des IDE industriels et de services. On analysera ensuite, à un niveau macro-économique, les forces et faiblesses de l’insertion des PECO dans l’économie mondiale. Si les financements extérieurs ont permis une réorientation commerciale des PECO vers les pays de l’Union européenne, en revanche la montée en gamme de leurs exportations, notamment en Roumanie et en Bulgarie, peut expliquer en partie la progression des déficits commerciaux. Enfin, on proposera des pistes de recherche pour ces pays pour qu’ils puissent continuer, en dépit de la «crise des subprimes» qui les frappent particulièrement, leur insertion dans l’économie mondiale. Ces pistes de recherche s’appuient sur la prise en compte de facteurs méso-économiques s’appuyant sur le regroupement de différents acteurs dans des « clusters » pour mieux tirer partie de la double mutation de l’économie mondiale.

Notes

Date du colloque : 2009

URL de la noticehttp://okina.univ-angers.fr/publications/ua1044