Sanctions mémorielles et fragments littéraires au 1er siècle av. J.-C.

TitreSanctions mémorielles et fragments littéraires au 1er siècle av. J.-C.
Type de publicationChapitre
TypeOuvrage scientifique
Année2016
LangueFrançais
Pagination45-68
Volume38
Titre de l'ouvrageFragments
AuteurRaymond, Emmanuelle
Editeur scientifiqueDaviet-Taylor, Françoise, Gourmelen, Laurent
PaysFrance
EditeurPresses Universitaires de Rennes
VilleRennes
ISBN978-2-7535-5249-4
Mots-cléscensure, Fragment, littérature, oubli
Résumé en français

L'auteur "s'interroge (...) sur les liens pouvant exister entre l'état fragmentaire de différentes oeuvres latines du 1er siècle avant notre ère et les sanctions mémorielles, pouvant prendre la forme d'une véritable damnatio memoriae, sanctions auxquelles leurs auteurs respectifs ont été condamnés: Sylla, Marc Antoine et Caius Cornelius Gallus. De l'ouvrage considérable et novateur de Sylla, oeuvre autobiographique politique comportant vingt-deux livres, outre la trame fournie par Plutarque, il ne demeure que d'infimes fragments détachés de leurs contextes pour satisfaire la curiosité lexicologique et grammaticale d'auteurs tardifs (Aulu Gelle et Priscien). Marc Antoine fut littéralement réduit au silence par Auguste, son rival victorieux. Aucun fragment, au sens strict du terme, de ses écrits ne nous est parvenu. On ne connaît qu'une allusion à son pamphlet, De ebrietate sua, dans un passage de Pline, qui constitue une "destruction" en règle de l'ouvrage. De l'oeuvre de Gallus, poète élégiaque unanimement loué, il ne subsiste que deux fragments, dont l'un est transmis par un papyrus très endommagé. Tout laisse à penser que la disparition de son oeuvre s'explique par une censure, consécutive à la disgrâce qu'il subit, après avoir froissé Auguste..." (Fragments. Entre brisure et création, p.14-15).

URL de la noticehttp://okina.univ-angers.fr/publications/ua15465
Collection

Nouvelles Recherches sur l'Imaginaire

Lien vers le document

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4283