Que valent les engagements des régimes de retraite envers les retraités en France ?

TitreQue valent les engagements des régimes de retraite envers les retraités en France ?
Type de publicationArticle de revue
AuteurDaniel, Christophe , Lavigne, Anne , Mottet, Stéphane, Nze Obame, Jesus , Séjourné, Bruno , Tagne, Christian
PaysFrance
EditeurEditions Dalloz
VilleParis
TypeArticle scientifique dans une revue à comité de lecture
Année2017
LangueFrançais
Date2017
Numéro5
Pagination889-912
Volume127
Titre de la revueRevue d'Economie Politique
ISSN2105-2883
Mots-clésburden, Dispersion, distribution, EPDR, pension, Réformes, Retraites
Résumé en anglais

Using the "Echantillon Inter régimes des Retraités" (EIR) 2008 and 2012 panel data, we calculate retirees' pension wealth (consumed and residual) at an aggregated level, and provide in-depth results by type of pension scheme and by managing organism. We put an emphasis on direct pensions already perceived by retirees and to be paid in the future, without taking into account current contributors' future retirement. We find that the overall pension wealth is not very sensitive to the discount rate, but this result does not hold if we concentrate on the future pension wealth. From this point of view, it must be noted that some of the organisms have a high proportion of pension still to be paid. Moreover, whatever the type of pension wealth calculated, the results show a rapid increase from 2008 to 2012 (except for the basic scheme of farmers). Finally, spread indicators and Gini index of pension wealth are relatively higher than those found in the distribution of labor income by other studies. We find that there are more inequalities in the private sector than in the public, particularly in the private sector for complementary pension schemes.

Résumé en français

En nous appuyant sur les Echantillons Inter-régimes des retraités (EIR) de 2008 et de 2012, nous calculons l'équivalent patrimonial des droits à la retraite (EPDR) à un niveau agrégé, tout en présentant le détail par régime et par caisse. Pour ce faire, nous raisonnons en système fermé, à savoir que seules les pensions de droit direct déjà liquidées ou à verser aux actuels retraités sont prises en compte. Il apparaît que si l'EPDR global est peu sensible au taux d'actualisation, tel n'est pas le cas lorsqu'on se concentre sur celui à verser. Or, de ce point de vue, certaines caisses se caractérisent par un EPDR à verser nettement plus important. Par ailleurs, quel que soit le type d’EPDR envisagé (par régime, par caisse…), celui-ci a nettement progressé depuis 2008 sauf pour le régime de base des exploitants agricoles. Enfin, les indicateurs de dispersion et de concentration de l’EPDR sont à des niveaux élevés, nettement supérieurs à ceux observés sur les revenus d’activité. Il apparaît de plus grandes inégalités dans le secteur privé, particulièrement dans le cadre des régimes complémentaires.

URL de la noticehttp://okina.univ-angers.fr/publications/ua16008
DOI10.3917/redp.275.0889
Lien vers le document

https://www.cairn.info/revue-d-economie-politique-2017-5-p-889.htm