Les chroniques Facebook : étude exploratoire d’un genre d’écriture (très) populaire sur le net

TitreLes chroniques Facebook : étude exploratoire d’un genre d’écriture (très) populaire sur le net
Type de publicationCommunication
TypeCommunication avec actes dans un congrès
Année2016
LangueFrançais
Date du colloque4-8/07/2016
Titre du colloqueCinquième Congrès Mondial de Linguistique Française
Titre des actes ou de la revueSHS web of conferences
Volume27
AuteurBigot, Violaine , Lambert, Patricia , Maillard-De La Corte Gomez, Nadja
PaysFrance
EditeurEDP Sciences-Web of conferences
VilleTours
Mots-clésAutobiographie, chroniques, communauté langagière, émique / étique, facebook, genre de discours, Littératies numériques, migration
Résumé en anglais

For the last ten years, young people (young women especially), living in multicultural suburbian areas, have been telling, on the internet, the life story of their teenage years and their transition into adult life. They share their story on social networds, publishing the episodes day after day. These stories, named “chroniques” (chronicles) by the writers and the readers, can reach an audience of several thousands of (mainly female) readers. This article is an attempt to show that Chroniques constitute a new speech genre, born on the internet, where it federates a wide speech community of writers and readers. The study is based on a corpora including not only the text of the story-telling itself but also discourses produced by the members of the speech community inside the community space (comments of episodes published by the readers for example) or,on its boarders (for example webpages created by “fans” who write literary critiques of chroniques, share links to chroniques, list them in repertoires…) Combining an etic and an emic approach, this article analyses recurrent caracteristics of the chroniques, focusing especially on “thematic content, style, and compositional structure” (Bakhtin) and on questions about the of authorship.It aims at defining the “genre contract” that federates the speech community of writers and readers of “chroniques”.

Résumé en français

Depuis une dizaine d’année, des jeunes (surtout des femmes) racontent la fin de leur adolescence et leur entrée dans la vie adulte, sous la forme de récits à épisodes postés au fil des jours sur les réseaux sociaux. Un lectorat s’est constitué autour de ces écrits qui peuvent rassembler plusieurs (dizaines de) milliers d’abonné-e-s. Ces textes constituent donc un « espace littéraire », identifiable sur la toile et repérable grâce au nom de « chroniques ». Cet article revient sur les questions méthodologiques que pose la constitution et l’étude d’un corpus à travers le prisme de la notion de « genre discursif ». Pour étudier cette pratique discursive naissante, ancrée dans les réseaux sociaux, et délimitant une communauté d’autrices/auteurs et de lectrices/lecteurs, très active, nous avons inclus au corpus les métadiscours que suscite cette pratique. La constitution de ce corpus « bi-face » nous conduit à mobiliser et à interroger la distinction émique/étique en analyse du discours. C’est dans cette double perspective étique/émique que le corpus est ensuite exploré. L’approche par le « genre » nous permet d’envisager certains jeux de parenté, voire de filiation avec d’autres pratiques discursives dont on peut faire l’hypothèse qu’elles constituent une forme d’interdiscours des chroniques. En reprenant le corpus à travers différentes catégories d’analyse classiquement définies en analyse du discours (développement thématique, structure compositionnelle, ancrage énonciatif, procédés d’écriture), nous montrons quelques caractéristiques qui contribuent à la stabilisation du genre mais aussi interrogent certaines catégories d’analyse.

URL de la noticehttp://okina.univ-angers.fr/publications/ua17951
DOI10.1051/shsconf/20162702003
Lien vers le document en ligne

https://www.shs-conferences.org/articles/shsconf/abs/2016/05/shsconf_cml...