Engager la conversation : quelques manifestations des codes de politesse à l’œuvre dans les chroniques facebook

TitreEngager la conversation : quelques manifestations des codes de politesse à l’œuvre dans les chroniques facebook
Type de publicationCommunication
TypeCommunication sans actes dans un congrès
Année2016
LangueFrançais
Date du colloque02/06/2016
Titre du colloqueAux frontières de la politesse et de l'impolitesse. Approche interdisciplinaire des interactions ordinaires
AuteurBigot, Violaine , Maillard-De La Corte Gomez, Nadja
PaysFrance
VilleParis
Mots-clésAutobiographie, chroniques, facebook, Littératies numériques, migration, politesse
Résumé en anglais

Les chroniques sont des récits, publiés notamment sur facebook, par des jeunes (essentiellement des filles) qui partagent, jour après jour, le récit de leurs années lycée. Ces chroniques racontent la vie adolescente dans les cités : l’amitié, les premières amours, les études, l’entrée dans le monde du travail… Les chroniques se développent dans le contexte hautement multiculturel des périphéries de grande ville. Les catégorisations ethniques systématique et très variées des personnages (renoi, rebeu, zaïrois, zaza, ivoirien, touns…) en attestent. Mais la diversité, telle qu’elle est thématisée par les autrices, n’est pas seulement ethnique, elle peut être également générationnelle et/ou socio-économique. Dans ces récits, les dialogues occupent une place très importante. Les chroniqueuses, liées avec leurs lecteurs par un contrat de vérité, s’attachent à retranscrire les interactions verbales auxquelles elles ont participé ou qu’elles ont observées, en mobilisant différentes ressources de leur répertoire langagier pour rendre, par un médium écrit, un certain nombre de caractéristiques des discours oraux. Les salutations sont systématiquement reproduites dans ces dialogues, malgré leur rôle secondaire dans le développement de la trame narrative. Elles sont l’occasion d’informer le lecteur sur la nature des relations en construction entre les personnages du récit. Les salutations peuvent s’accompagner d’un travail de figuration lié à la menace que représente toute intrusion dans le territoire de l’autre. Elles sont aussi un lieu de reconnaissance mutuelle, par exemple par le jeu de la variation et de la mobilisation de répertoires plurilingues et sont l’occasion également d’une accommodation réciproque des personnages. Elles font enfin l’objet de nombreux commentaires métadiscursifs de la part des personnages ou de la narratrice qui donnent ainsi à voir leurs attentes en termes de codes de politesse. Une observation systématique, dans un corpus de chroniques recueillies sur facebook et Watpad, des modalités de salutation des séquences d’ouverture d’interaction, et des commentaires que suscitent ceux-ci, chez les protagonistes, ou dans le discours de la narratrice, nous permet de mettre à jour la diversité des codes à l’œuvre, en fonction des interlocuteurs mais aussi en fonction du médium de l’échange (conversations en face à face ou conversation médiées par SMS ou sur fb). L’étude permet plus largement de montrer l’importance que revêt pour cette population jeune, la question du respect et de la transgression des codes de politesse largement commentée dans les chroniques, la grande diversité des codes disponibles dans le répertoire des locuteurs mis en scène par les chroniqueuses et la compétence des chroniqueuses à mobiliser cette diversité des codes comme ressource d’écriture.

URL de la noticehttp://okina.univ-angers.fr/publications/ua17979
Lien vers le document en ligne

http://www.univ-paris3.fr/aux-frontieres-de-la-politesse-et-de-l-impolit...