Chroniques d'un genre nouveau ?

TitreChroniques d'un genre nouveau ?
Type de publicationCommunication
TypeCommunication sans actes dans un congrès
Année2015
LangueFrançais
Date du colloque10-12/06/2015
Titre du colloqueCongrès RFS - Hétérogénéité et changement
AuteurBigot, Violaine , Lambert, Patricia , Maillard-De La Corte Gomez, Nadja
PaysFrance
VilleGrenoble
Mots-clésAutobiographie, chroniques, facebook, genre discursif, Littératies numériques, migration
Résumé en français

Depuis une dizaine d’année, des jeunes femmes (rarement de jeunes hommes) racontent la fin de leur adolescence et leur entrée dans la vie adulte, sous la forme de récits à épisodes postés au fil des jours sur le réseau social Facebook. Ces écrits numériques, peuvent rassembler plusieurs milliers d’abonné-e-s - dont une large majorité de femmes. Ils abordent des thématiques communes au genre autobiographique (amour, mort, amitié, liens familiaux,...) et d’autres un peu moins largement partagées (vie dans la « cité », migration, voyages au « bled », chômage, trafics illicites, religion...). Ils constituent un « espace littéraire » d’autant plus facilement repérable dans la masse de littéracie sur le web qu’ils y apparaissent comme une catégorie désignée de manière spécifique par le terme « chroniques ». Nous proposons ici une étude exploratoire d’écrits ainsi qualifiés, auxquels le projet Chroniques du genre / Genre de chronique est consacré. Dans quelle mesure le phénomène, tel qu’il se développe sur la toile (et depuis peu chez les libraires), permet-il de considérer que ces écrits relèvent de l’émergence d’un nouveau genre socio-discursif (Maingueneau 2004) ou d’un cadre générique nouveau (Paveau 2013) ? À travers l’étude de trois chroniques nous montrerons comment les discours produits par leurs auteurs et commentateurs témoignent d’une « élaboration métalinguistique ordinaire » (Beacco 2004) contribuant à la définition du genre « chronique ». Nous examinerons quelques caractéristiques formelles contribuant à stabiliser ce genre : format « feuilleton », mise en scène de la quotidienneté, modalités de mise en contact des langues et des variétés de langue, rapport à l’oralité dans l’écriture, etc. Nous observerons enfin comment les « pratiques langagières de jeunes urbains » (Billiez et al. 2003), fréquemment étudiées au titre de l’hétérogénéité et du changement dans le domaine sociolinguistique, deviennent ici un matériau d’écriture et un élément constitutif de ce genre émergent. Références bibliographiques : Beacco, J-C, 2004, « Trois perspectives linguistiques sur la notion de genre discursif » In : Langages, 38e année, n°153,. Les genres de la parole. pp. 109-119. Billiez, J., Krief, K., Lambert, P., Romano, A., & Trimaille, C. (2003). Pratiques et représentations langagières de groupes de pairs en milieu urbain. Rapport de recherche établi dans le cadre d’un appel d’offre de la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France. Université Stendhal-Grenoble 3, avril 2003, 100 pages. Maingueneau, Dominique, 2004, « Typologie des genres de discours », http://dominique.maingueneau.pagesperso-orange. fr/pdf/Typologie-desgenres-de-discours.pdf (texte issu d’une réécriture des pages 180-187 du livre Le Dis- cours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004). Paveau, Marie-Anne, 2013 « Genre de discours et technologie discursive. Tweet, twittécriture et twitérature » 106

URL de la noticehttp://okina.univ-angers.fr/publications/ua17988
Lien vers le document en ligne

http://rfs2015.u-grenoble3.fr/index.php?pg=4&lg=fr