L’action collective comme regulation. Un projet associatif dans le monde de l’agriculture biologique

TitreL’action collective comme regulation. Un projet associatif dans le monde de l’agriculture biologique
Type de publicationCommunication
TypeCommunication sans actes dans un congrès
Année2018
LangueFrançais
Date du colloque14/12/2018
Titre du colloque12ièmes journées de Recherche en Sciences Sociales
AuteurBréchet, Jean Pierre , Dufeu, Ivan
PaysFrance
EditeurSFER
VilleNantes
Mots-clésassociation, gouvernance, projet, regulation, théorie de l'entreprise
Résumé en anglais

Rules and negotiations refer, in essence, to groups of actors. The latter are obviously at the center of the economic and social game, and their regulation is the subject of much research in the social sciences. However, little attention is paid to the question of their emergence and that of the rules that characterize them. The Theory of Social Regulation (TRS), associated in France with the name of Jean-Daniel Reynaud, is a notable exception. Indeed, it gives major importance to the question of the constitution of the collective actors, and shows that it is with the emergence of the regulations and the rules themselves that attention should be focused. The central proposal of TRS is indeed that a collective exists by a project that is understood to be a set of rules related to the constitution and the same regulation of the collective action. These recursive links between the collective action that produces the collective and the collective that produces the collective action are not always well understood. This article aims to elucidate them by organizing the theoretical reflection from the contributions of TRS and the exploitation of the case of an associative project of producers of organic fruits and vegetables. The ordering of the theoretical reading illustrated by a case is the main contribution of this contribution. But this one allows to deepen the understanding of the theoretical articulation between project and regulation at the same time as it opens on perspectives of reflection in matters of governance.

Résumé en français

Les règles et les négociations renvoient par essence à des collectifs d’acteurs. Ces derniers sont d’évidence au centre du jeu économique et social, et leur régulation constitue l’objet de nombreuses recherches en sciences sociales. Pourtant, peu d’attention est portée à la question de leur émergence et de celle des règles qui les caractérisent. La Théorie de la régulation sociale (TRS), attachée en France au nom de Jean-Daniel Reynaud, constitue une exception notable. Elle accorde en effet une place essentielle à la question de la constitution des acteurs collectifs et montre que c’est du côté de l’émergence des régulations et des règles elles-mêmes que l’attention doit se porter. La proposition centrale de la TRS est plus précisément qu’un collectif existe par un projet compris comme un ensemble de règles liées à la constitution et à la régulation même de l'action collective. Ces liens récursifs entre l'action collective qui produit le collectif et le collectif qui produit l'action collective ne sont pas toujours bien compris. Cet article vise à les élucider en organisant la réflexion théorique à partir des apports de la TRS et de l'exploitation du cas d'une association de producteurs de fruits et légumes biologiques, Bio Loire Océan. La mise en ordre de la lecture théorique illustrée par un cas est l'apport principal de cette contribution. Celle-ci permet d'approfondir la compréhension de l'articulation théorique entre projet et régulation, en même temps qu'elle ouvre sur des perspectives de réflexion en matière de gouvernance.

URL de la noticehttp://okina.univ-angers.fr/publications/ua18339
Lien vers le document en ligne

https://www.sfer.asso.fr/event/view/32