Greffage par réduction de sels de diazoniums : ce que les capteurs de radicaux permettent de contrôler

TitreGreffage par réduction de sels de diazoniums : ce que les capteurs de radicaux permettent de contrôler
Type de publicationCommunication
TypeCommunication sans actes dans un congrès
Année2015
LangueFrançais
Date du colloque06-10/07/2015
Titre du colloqueJournées d'Electrochimie 2015
AuteurBreton, Tony , Levillain, Eric , Menanteau, Thibaud , Downard, Alison J
PaysItalie
VilleRome
Résumé en français

La fonctionnalisation de surfaces de carbone et de métaux par réduction de cations diazoniums s’est fortement développée ces 15 dernières années. L’ensemble des études fondamentales menées a permis de comprendre, de développer, et de mettre à profit cette technique dans la plupart des nanotechnologies émergentes (nano-électronique, stockage d’énergie, matériaux magnétiques, capteurs…). L’efficacité de l’approche repose sur la forte réactivité des entités radicalaires produites lors de la réduction des cations diazoniums, qui engendre la formation de liens covalents avec les substrats visés. La force de la technique fait également sa faiblesse puisque l’excès de réactivité des radicaux engendre une polymérisation non contrôlée et aboutit à la formation de couches d’épaisseur variables et inhomogènes. Plusieurs approches ont été développées très récemment pour tenter de contrôler l’extension de la polymérisation. Parmi celles-ci, la stratégie que nous présentons vise à introduire un capteur de radicaux, la 2,2-diphényl-1-pircrylhydrazyl (DPPH) dans la solution de dépôt, de façon à stopper sélectivement la croissance de couche sans affecter le greffage.

URL de la noticehttp://okina.univ-angers.fr/publications/ua10455
Lien vers le document en ligne

http://www.je2015.it/