La représentation sociale de la vie de quartier chez des femmes retraitées

TitreLa représentation sociale de la vie de quartier chez des femmes retraitées
Type de publicationArticle de revue
AuteurGaymard, Sandrine , Lethielleux, Caroline
PaysCanada
EditeurRevue québécoise de psychologie
VilleMont-Royal, Québec
TypeArticle scientifique dans une revue à comité de lecture
Année2015
LangueFrançais
Numéro3
Pagination 121-149
Volume36
Titre de la revueRevue Québécoise de Psychologie
ISSN0225-9885
Mots-clésespace urbain, femmes retraitées, méthode inductive ; questionnaire de caractérisation., Représentations sociales et pratiques, vie de quartier
Résumé en anglais

In this original exploratory study, we examine the relationships between retired women’s living environment and their social representations of neighbourhood life. Two groups each of 20 women living in two differently located neighbourhoods were interviewed.  The theoretical framework is that of the structural approach of social representations. The object «neighbourhood life » is studied through two complementary tools: free associations which rely on spontaneous discourse and the characterization questionnaire. Two social representations of neighbourhood life can be observed. For one group, the relations with others seem to be more central and involvement in community life more characteristic; for the other group the relations appear less central and the territory of mobility seems more widened. The results are discussed according to the location and the problem of retired women’s quality of life.

Résumé en français

Dans cette étude exploratoire originale, nous interrogeons les rapports entre l’environnement de vie de femmes retraitées et leurs représentations sociales de la vie de quartier. Deux groupes de 20 femmes chacun vivant dans deux quartiers différemment localisés ont été interviewés. Le cadre théorique est celui de l’approche structurale des représentations sociales. L’objet « vie de quartier » est étudié au travers de deux outils complémentaires : les associations libres qui reposent sur le discours spontané et le questionnaire de caractérisation. On observe deux représentations sociales de la vie de quartier. Pour un groupe, les relations avec les autres apparaissent plus centrales et l’engagement associatif plus caractéristique ; pour l’autre groupe les relations sont moins centrales et le territoire de mobilité semble plus élargi. Les résultats sont discutés au regard de la localité et de la problématique de la qualité de vie des femmes retraitées.

URL de la noticehttp://okina.univ-angers.fr/publications/ua11649