Nanoparticules, chargées en ferrocifenes, pour le traitement du cancer du poumon par nébulisation

DocumentFichier
Fichier docx chargé le 01/10/2018 à 10:06:35
Fichier confidentiel (accès sur demande uniquement)
(version auteur)
Request
TitreNanoparticules, chargées en ferrocifenes, pour le traitement du cancer du poumon par nébulisation
Type de publicationCommunication
TypeCommunication par affiche dans un congrès
Année2018
LangueFrançais
Date du colloque2-3/07/2018
Titre du colloque12èmes journée du Cancéropôle Grand Ouest
AuteurGuyon, Léna , Lepeltier, Elise , Jaouen, Gérard
2, 3
, Pigeon, Pascal
2, 3
, Perino, Didier , Passirani-Malleret, Catherine
PaysFrance
VilleVannes
Résumé en français

Le cancer du poumon étant la cause la plus fréquente de décès par cancer chez les hommes, le principal objectif de ce projet est de développer un nouveau traitement qui sera administré par nébulisation. Dans ce projet, des molécules anticancéreuses développées par l’entreprise Feroscan sont étudiées : les ferrocifènes. Ces composés innovants possèdent des propriétés anticancéreuses très intéressantes mais un fort caractère hydrophobe, nécessitant une stratégie de vectorisation adéquate [1]. L’objectif est ainsi de combiner trois stratégies : (i) l’utilisation d’un peptide pénétrant, via (ii) la formation d’une prodrogue qui (iii) s’auto-assemble en nanoparticule.

Les peptides pénétrants, polyarginines (Argn) contenant entre 7 et 9 unités, ont été synthétisés sur support solide via une stratégie Fmoc (9-fluorenylmethoxycarbonyl) et le ferrocifène (p54), possédant une fonction acide carboxylique, est couplé au niveau de l’extrémité N-terminale du peptide. Après clivage, des auto-assemblages ont été obtenu par le procédé de nanoprécipitation en utilisant un procédé microfluidique. La comparaison de l’activité biologique est réalisée in vitro sur une lignée humaine de cellules du cancer du poumon (lignée A549).

Les conjugués ont été synthétisés avec un rendement compris entre 30 % et 70 % et une pureté supérieure à 90 %. Des auto-assemblages ont été obtenus avec un diamètre apparent de 150 nm, un indice de polydispersité de 0,15 et une charge en ferrocifène théorique de 30 %. Les résultats préliminaires de l’activité biologique ont montré que le conjugué Arg7-p54 est plus actif que les autres composés. La caractérisation complète des auto-assemblages sera effectuée par des analyses en Cryo-MET ainsi que par de la diffusion des rayons X aux petits angles, au synchrotron SOLEIL.

[1] G. Jaouen, A. Vessieres and S. Top. Royal Society of chemistry, 2015, 8802-88017.

URL de la noticehttp://okina.univ-angers.fr/publications/ua17634
Lien vers le document en ligne

https://www.biogenouest.org/agenda/evenement/12emes-journees-du-cancerop...