Évaluation des compétences pratiques en fin de deuxième cycle des études médicales : exemple du drainage du bas appareil urinaire

TitreÉvaluation des compétences pratiques en fin de deuxième cycle des études médicales : exemple du drainage du bas appareil urinaire
Type de publicationArticle de revue
AuteurBigot, Pierre, Rouprêt, M., Orsat, Manuel, Benoist, N., Larré, S., Chautard, D., Richard, Isabelle , Saint-André, Jean-Paul , Azzouzi, Abdel Rahmene
EditeurElsevier Masson
TypeArticle scientifique dans une revue à comité de lecture
Année2008
LangueAnglais
Date2008/02
Numéro2
Pagination125 - 131
Volume18
Titre de la revueProgrès en Urologie
ISSN1166-7087
Mots-clésCathétérisme urétral, compétence, Competence assessment, Drainage urinaire, Étudiants en médecine, évaluation, Medical student, Urinary catheter, Urinary drainage
Résumé en anglais

IntroductionLe drainage vésical peut, mal pratiqué, être iatrogène en se compliquant notamment d’infections et de traumatismes de l’appareil urinaire. Cette étude a pour objectif de déterminer la capacité des étudiants en médecine de fin de deuxième cycle à pratiquer les différents moyens de drainage des urines. Matériel et méthodes Entre janvier et mars 2007, un questionnaire d’autoévaluation des compétences de drainage urinaire a été envoyé par mail à un échantillon représentatif d’étudiants en médecine en dernière année d’externat, soit deux mois avant l’épreuve de l’examen national classant. Résultats Deux cent soixante-dix-sept réponses ont été reçues et analysées. Soixante-douze étudiants (26 %) jugeaient qu’ils maîtrisaient le cathétérisme urétrovésical chez l’homme et 106 étudiants (38,3 %) chez la femme à la fin de leur externat. Soixante et onze étudiants sur les 277 (25,5 %) avaient effectué un stage en urologie au cours de leur cursus. Parmi eux, 53,5 % estimaient acquis le sondage à demeure (SAD) chez l’homme (p < 0,001) et 39 (54,9 %) chez la femme (p < 0,001). Soixante-treize étudiants (26,4 %) estimaient qu’ils maîtrisaient le sondage minute d’une femme ou d’un homme et un seul considérait la pose de cathéter sus-pubien comme acquis. Conclusion L’apprentissage des gestes de drainage urinaire est enseigné de façon inappropriée au cours des études médicales puisque de jeunes médecins se sentent incapables de les reproduire au terme de leur externat. Cela est critiquable, car le sondage doit pouvoir être réalisé par tous médecins non urologues dans leur pratique quotidienne, notamment en terrain hospitalier. Cette étude doit mener à une réflexion sur l’amélioration de l’enseignement des gestes pratiques médicaux essentiels pendant l’externat.

URL de la noticehttp://okina.univ-angers.fr/publications/ua5340
DOI10.1016/j.purol.2007.10.003
Lien vers le document

http://dx.doi.org/10.1016/j.purol.2007.10.003