Facteurs associés à la lombalgie chez les hommes salariés des Pays de la Loire

DocumentFichier
Fichier pdf chargé le 30/04/2015 à 17:26:43

(version éditeur)
fichier
TitreFacteurs associés à la lombalgie chez les hommes salariés des Pays de la Loire
Type de publicationArticle de revue
AuteurRamond-Roquin, Aline
1, 2
, Bodin, Julie , Sérazin, Céline , Parot-Schinkel, Elsa
1, 3
, Petit, Audrey , Roquelaure, Yves
1, 3
TypeArticle scientifique dans une revue à comité de lecture
Année2011
LangueFrançais
Date2011/09/01
Numéro3
Pagination157 - 168
Volume42
Titre de la revuePratiques et Organisation des Soins
ISSN1952-9201
Résumé en français

Objectif : Les lombalgies ont des répercussions majeures sur le monde du travail. Un manque de données prospectives et représentatives de la diversité des emplois limite l’analyse des facteurs de risque chez les travailleurs. L’objectif de cette étude était d’estimer, à l’aide d’une modélisation, les facteurs associés à la lombalgie chez les salariés des Pays de la Loire.Méthodes : Un échantillon aléatoire de salariés a fait l’objet de deux enquêtes successives. La prévalence des lombalgies lors de la deuxième enquête a été modélisée, par régression logistique multi-étapes, à partir de facteurs de risque individuels et professionnels recueillis lors de la première enquête. Des analyses de sensibilité ont été réalisées. Les analyses ont été stratifiées par sexe ; seuls les résultats pour les hommes sont présentés. Résultats : Parmi les 3 710 participants à la première enquête, 2 332 ont répondu à la deuxième enquête, dont 1 313 hommes. La prévalence des lombalgies était de 30 % chez les hommes. Des douleurs du cou ou des membres supérieurs, se pencher fréquemment et travailler plus que prévu étaient les facteurs de risque principaux de lombalgie ultérieure. L’association observée entre un faible soutien de la hiérarchie et des lombalgies ultérieures devenait non significative dans une analyse restreinte aux salariés sans lombalgie lors de la première enquête. Conclusions : Le rôle des facteurs biomécaniques et organisationnels semble prédominant sur celui des facteurs psychosociaux. Celui des facteurs individuels est d’interprétation délicate. Quelques limites méthodologiques doivent être discutées, mais l’analyse simultanée de multiples facteurs dans une population diversifiée de travailleurs constitue un apport original et utile pour des actions de prévention.

URL de la noticehttp://okina.univ-angers.fr/publications/ua5410
DOI10.3917/pos.423.0157
Lien vers le document

http://dx.doi.org/10.3917/pos.423.0157