Interventions sur les facteurs de risque psychosociaux dans la lombalgie aiguë ou subaiguë en soins primaires : revue de littérature

DocumentFichier
Fichier pdf chargé le 30/04/2015 à 17:25:45

(version éditeur)
fichier
TitreInterventions sur les facteurs de risque psychosociaux dans la lombalgie aiguë ou subaiguë en soins primaires : revue de littérature
Type de publicationArticle de revue
AuteurGobin-Tempereau, Anne-Sophie, Ramond-Roquin, Aline
1, 2
, Bouton, Céline, Denes, Damien, Richard, Isabelle
1, 2
, Huez, Jean-François
1, 2
TypeArticle scientifique dans une revue à comité de lecture
Année2012
LangueFrançais
Date2012
Numéro104
Pagination203 - 209
Titre de la revueExercer
Résumé en français

Contexte. La lombalgie chronique est un problème récurrent en médecine générale. Des facteurs psychosociaux semblent impliqués dans le passage à la chronicité. L’objectif principal de cette revue était d’identifier et de décrire les études traitant d’interventions sur des facteurs psychosociaux dans la lombalgie (sub)aiguë en soins primaires. L’objectif secondaire était d’en analyser l’efficacité.Méthode. Une recherche systématique a été réalisée dans les principales bases de données biomédicales, et les articles pertinents ont été sélectionnés. Les caractéristiques des interventions ont été décrites, et les principaux résultats analysés. Résultats. Parmi les 513 études identifiées, 10 ont été retenues. Toutes les interventions comprenaient une part éducationnelle, surtout fondée sur une brochure : le « Back Book ». Certaines reposaient, en plus, sur une thérapie à orientation cognitivo-comportementale. Une autre était centrée sur la coordination en milieu de travail. Dans ces articles, la description des interventions et de la théorie sous-jacente était souvent insuffisante. Leur impact était modeste sur le pronostic des patients. Conclusion. Les recommandations actuelles sur la prise en charge de la lombalgie (sub)aiguë en soins primaires n’intègrent pas encore les résultats de ces études, mais cette revue apporte peu d’arguments pour les modifier en faveur des interventions identifiées. Des interventions plus individualisées pourraient être une autre voie pour améliorer le pronostic des patients ayant des facteurs de risque psychosociaux.

URL de la noticehttp://okina.univ-angers.fr/publications/ua5436
Lien vers le document

http://www.exercer.fr/numero/104/page/203